Le barrage de Tignes : histoire d’un édifice insolite

0

Le barrage de Tignes en Savoie est situé à deux pas de la célèbre station de ski du même nom. Cet édifice imposant à la forme incurvée a longtemps été le plus haut barrage d’Europe. Quelle est l’histoire de cet ouvrage aussi impressionnant qu’esthétique en terme d’architecture.

Genèse de la construction

La construction du barrage de Tignes fut pour la première fois évoquée en 1929 par l’Etat qui souhaitait mettre en place un projet d’utilité publique permettant la production d’électricité au cœur de l’Isère. La crise des années 30 vint cependant interrompre les réflexions en cours et ce n’est qu’au sortir de la guerre, en 1946, que le barrage de Tignes fut de nouveau d’actualité.

Le 10 mai 1946, suite au vote de la loi de nationalisation de l’électricité, la construction de l’édifice fut déclarée comme étant un projet « d’utilité publique et d’urgence » qui allait permettre de contribuer à la modernisation et au redressement de la France d’après guerre.

Le barrage de Tignes : des débuts tumultueux

L’édification du barrage ne s’est pas déroulée sans quelques heurts. Dès la validation du projet, certains habitants de Tignes ont exprimé leur forte opposition à l’ouvrage, et pour cause… La construction du barrage de Tignes allait entraîner la disparition du village et de 4 hameaux alentours.

Malgré ces vives protestations, l’édifice s’imposa. Les familles furent déplacées vers le « nouveau Tignes » (voire expulsées manu militari pour les plus récalcitrantes) et il en fut de même pour les morts inhumés dans le cimetière du village.

Entre 1947 et 1952 l’imposant ouvrage sortit peu à peu de terre grâce à la contribution de plus de 5 000 ouvriers.

La naissance d’un édifice hors norme

Le barrage de Tignes fut inauguré en 1953 en présence du Président de la République de l’époque, Vincent Auriol. Cette année-là, les habitants de Tignes ont découvert un ouvrage de béton de 180 m de hauteur et culminant à 1790 m d’altitude. Le barrage retient une quantité d’eau astronomique représentant plus de 253 millions de m3et permet de produire entre 800 millions et 1 milliard de kWh d’électricité par an. Cela représente en substance la consommation électrique d’une ville de la taille de Grenoble.

Il faut par ailleurs savoir que le Lac du Chevril, créé grâce à la construction du barrage, s’étend sur 270 hectares et contribue à renforcer le caractère imposant de l’édifice.

En dehors de sa taille, le barrage de Tignes se distingue aussi par d’autres aspects. En 1989, bien après la fin de la construction, le barrage fit l’objet d’une transformation importante. Jean-Pierre Pierret, un artiste connu pour ses trompe-l’œil et ses fresques, fut mandaté pour habiller le barrage. En résonnance avec la taille massive de l’ouvrage, il choisit de représenter le héros mythologique Hercule sur une surface de plus de 18 000 m². Sa fresque figure parmi les plus grandes du monde.

L’évolution du village de Tignes

Le barrage de Tignes a fortement contribué au développement économique de la ville. Une fois l’ancien village de Tignes enseveli sous les eaux, les habitants n’ont eu d’autres choix que de s’adapter à leur nouvelle ville.

C’est dans ce contexte fébrile que la station de ski de Tignes va naître et connaître par la suite l’essor économique exceptionnel que l’on connaît. À l’heure actuelle, il est d’ailleurs possible de louer un hébergement pour vos vacances dans le Club Belambra “Le Diva”.

En ce qui concerne le barrage, ce dernier continue toujours à remplir son office. Une fois tous les 10 ans, EDF le vide pour assurer sa maintenance. Certains habitants de l’ancien village, des nostalgiques ou des curieux profitent généralement de cette occasion pour s’immerger dans le passé et observer les restes de l’ancien village de Tignes.