Sécurité en montagne : matériel de ski adapté et réglementation sur les pistes

0

L’hiver semble enfin pointer le bout de son nez pour le plus grand plaisir des vacanciers. Au-delà du spectacle féérique qu’offrent nos sommets enneigés, n’oublions pas que si majestueuses soient-elles, les montagnes peuvent être hostiles si nous ne sommes pas préparés et que nous ne suivons pas certaines règles de sécurité.  

Un matériel de ski adapté pour skier en toute sécurité

Ne pensez pas que seuls les skieurs chevronnés ont le privilège de dévaler les pentes avec un bon matériel. Bien au contraire, la sécurité sur les pistes passe par un équipement adapté que l’on soit skieur débutant ou confirmé.

Un matériel en bon état et des fixations bien réglées

Le matériel de ski doit être en bon état et adapté à votre niveau. Il est conseillé d’affûter les carres et de farter la semelle de vos skis au moins une fois par an. En plus de vous procurer une sensation de glisse ultime et de prolonger la durée de vie de votre matériel de ski, cet entretien régulier vous garantit plus de sécurité.

Le réglage des fixations ne doit pas être négligé. Réglées en fonction de votre niveau et votre poids, les fixations doivent maintenir correctement la chaussure, s’adapter au terrain et si nécessaire, libérer le pied en cas de chute ou de position périlleuse du skieur.

Des vêtements au top

Froid glacial, blizzard sur les sommets, tempête de neige ou merveilleusement bien en plein soleil, votre tenue de ski doit répondre à tous ces aléas climatiques qui rendent la montagne aussi agréable que menaçante. Les 3 mots d’ordre : isolation, imperméabilité et respirabilité. L’isolation vous garantit de rester au chaud. Toutes les vestes proposées sur le marché résistent à la pénétration du froid. Si toutefois vous skiez au-dessus de 2 500 m d’altitude, il est conseillé de vérifier que votre veste est composée d’une membrane coupe-vent comme le WindStopper par exemple. L’imperméabilité et la respirabilité se mesurent respectivement en mm Schmerber et en grs/m2/24h. Ces 2 chiffres sont mentionnés sur l’étiquette comme suit 10 000 / 8000 ; le premier représente l’imperméabilité, le second exprime la respirabilité. Plus ils sont élevés plus la membrane est performante dans sa protection.

L’équation idéale : le système 3 couches. Une première couche respirante (sous-vêtements techniques), une seconde couche pour la chaleur (polaire) et une troisième couche qui protège (la veste technique). Pour les enfants en bas âge ou les frileux, privilégiez la chaleur avec une combinaison intégrale ou une doudoune en duvet.

Les protections, c’est impératif

On ne le dira jamais assez, même si les protections n’évitent pas les accidents, elles peuvent limiter leurs impacts. Le port du casque est fortement conseillé pour tous les skieurs et exigé pour les jeunes enfants. Si vous êtes adepte de sensations fortes et que vous pratiquez le freeride ou le freestyle, le casque et les protections dorsales sont impératives.

Vos yeux doivent également être protégés grâce à une paire de lunettes ou un masque dont l’écran est adapté à la météo et à la réverbération sur les pistes.

Système ARVA, essentiel en cas de ski hors piste

La montagne est un site naturel merveilleux mais dangereux. Il est fortement déconseillé, voire interdit de sortir des pistes surtout si vous êtes un skieur occasionnel. Pour une plus grande sécurité en montagne, les freeskieurs doivent obligatoirement contrôler les bulletins d’avalanches et être équipés d’un appareil Arva, d’une pelle et d’une sonde qui leur permettront en cas de coulée, de rechercher les personnes éventuellement ensevelies en attendant l’arrivée des secours. Avoir un Arva c’est bien, mais savoir l’utiliser est indispensable !

La réglementation sur les pistes : c’est impératif pour plus de sécurité

Adopter une bonne conduite et savoir lire la signalétique sur les pistes sont le b.a-ba du bon skieur.

Les règles de conduite du bon skieur

  • Maîtriser et adapter sa vitesse en fonction de son niveau, de la météo et du terrain ;
  • Choisir une trajectoire qui sécurise le skieur en aval. Il est toujours prioritaire ;
  • Anticiper les dépassements et garder une distance de sécurité ;
  • Sécuriser les croisements de pistes en vérifiant que l‘on ne gêne pas un skieur déjà engagé ;
  • Ne pas stationner au milieu de la piste, dans un passage étroit ou sans visibilité ;
  • Libérer la piste en cas de chute ;
  • Utiliser les bords de piste si l’on monte ou descend à pied ;
  • Porter secours en cas d’accident ;
  • Signaler votre identité si vous êtes impliqué ou témoin d’un accident ;
  • Vérifier la météo du jour et l’enneigement ;
  • Respecter la signalisation et le balisage.

Pour skier serein et en toute sécurité, vérifiez que vous êtes assuré : carte bancaire, carré neige, assurance loisirs, etc. proposent des garanties neige.

Sécurité sur les pistes : attention à la signalétique

De nombreux panneaux ou signalétiques sont positionnés aux abords des pistes ; leur objectif est d’informer, d’interdire ou de préciser un danger.

Les piquets délimitent le tracé d’une piste, les panneaux verts, bleus, rouges et noirs, notifient sa difficulté, respectivement très facile, facile, difficile et très difficile. Certaines stations utilisent un panneau jaune ; celui-ci signifie que la piste est sécurisée et balisée mais non damée. Avis aux amateurs de poudreuse …

Les filets ou piquets croisés marquent l’interdiction d’accès, ainsi que les panneaux « fermé ».

La sécurité sur les pistes est l’affaire de tous, et pour que votre séjour se déroule au mieux, préparez votre départ aux sports d’hiver notamment en vous échauffant physiquement et en vous informant sur le site gouvernemental dédié à la prévention en hiver.