Vacances à la mer : se prémunir contre les petits bobos à la plage

0

Soleil, vagues, embruns salés, sable chaud… À première vue, tout semble réuni pour des vacances à la mer paradisiaques. Mais derrière cette carte postale se cachent souvent des petits maux pouvant quelquefois ternir les plaisirs de la plage.

Des petits bobos qui, bien soignés, ne gâcheront pas votre séjour…

Le premier bobo des vacances à la mer, le coup de soleil

Cette petite brûlure au premier degré, bien souvent anodine, peut s’avérer très douloureuse. Nous ne rappellerons jamais assez que même si le soleil est l’ami vital de l’Homme, une exposition prolongée aux rayons UV nuit à la santé.

Il est donc impératif de suivre certains conseils si vous décidez de faire bronzette ou tout simplement de vous poser sur la plage :

  • évitez les heures où le rayonnement est intense, entre 11h et 16h, notamment avec des enfants en bas âge ;
  • protégez votre peau avec des crèmes waterproof à fort indice de protection.

Un mois avant vos vacances à la mer, vous pouvez préparer votre peau en prenant des gélules naturelles prévues à cet effet.

Malgré cela, votre peau a tout de même rougi… Que faire ?

Une fois rentré, vous pouvez atténuer la douleur en apposant sur le coup de soleil une compresse d’eau froide. Appliquez ensuite une lotion adaptée anesthésiante, puis étalez une crème non grasse après-soleil.

Les piqûres en tous genres

La plage se prêtant au port d’une tenue vestimentaire très légère, la peau devient plus vulnérable aux attaques et agressions extérieures ; méduses, vives, moustiques, oursins, tous ces animaux et insectes semblent se liguer contre nous.

Les piqûres de méduses

Qui s’y frotte s’y pique ! Les méduses s’invitent régulièrement sur les côtes françaises. Transparentes et gélatineuses, ces compagnes de baignade indésirables piquent sans scrupule nos gambettes, nos bras et toute autre partie du corps via des filaments urticants recouvrant leurs tentacules. Douleur violente, sensation de décharge électrique et de brûlure, puis érythèmes cutanés sont les principaux symptômes.

Malheureusement, il n’existe pas de moyen de prévention spécifique, excepté éviter les zones de baignades infestées qui sont renseignées par les sauveteurs. Si toutefois, vous êtes victime d’une attaque surprise, certains petits gestes peuvent atténuer votre douleur :

  • vérifiez qu’aucun morceau de tentacule n’est resté collé à la peau. Si c’est le cas, ôtez-le à l’aide d’une pince à épiler sans le toucher ;
  • rincez la piqûre avec de l’eau de mer ou du sérum physiologique. N’utilisez pas d’eau douce, elle ferait éclater les cellules venimeuses et augmenter la douleur ;
  • recouvrez la piqûre de sable et laissez agir une trentaine de minutes.
  • Enfin, grattez délicatement l’endroit douloureux avec le sable afin de faire disparaître les dernières particules urticantes.

Ne vous affolez pas, la douleur peut persister quelques jours.

Les oursins

Qui n’a jamais crapahuté sur les rochers lors de ses vacances à la mer ? … Et qui n’a jamais hurlé en marchant sur un oursin ?

L’oursin, de son nom savant echinoidea, vit dans les rochers, son abri naturel. Aller lui rendre visite sans vous couvrir les pieds peut vous occasionner des lésions très douloureuses.

Le seul moyen de vous prémunir est de porter des sandales à semelles épaisses.

En cas de malchance, ôtez à l’aide d’une pince à épiler les piquants et désinfectez la plaie. Dans certaines zones, notamment celles portuaires, les oursins peuvent être porteurs de bactéries. Si votre lésion cicatrise difficilement ou s’infecte, il est conseillé d’aller consulter un médecin.

Les jambes lourdes

Mesdames, il n’est pas rare que durant l’été, la chaleur accentue la sensation de « jambes lourdes ». Comme pour les coups de soleil, évitez les expositions prolongées, notamment aux heures très chaudes.

Profitez de ce cadre maritime pour marcher dans l’eau à hauteur de genoux ; l’eau fraîche de la mer et le mouvement des vagues sont un formidable massage naturel.

Une fois chez vous, appliquez un gel rafraîchissant et massez vos jambes de la cheville vers la cuisse, sans oublier la voûte plantaire.

Lors de vos moments de détente, surélevez vos jambes sans qu’une cassure ne se fasse au niveau des genoux.

En prévention, vous pouvez également prendre des compléments alimentaires naturels drainants.

Les germes à la plage… des bobos microscopiques

Les doigts de pieds en éventail, vous ne soupçonnez pas ces éventuelles agressions microscopiques… Pourtant, le sable regorge de bactéries pouvant entraîner troubles gastro-intestinaux, irritations, allergies, etc. Il ne faut pas pour autant fuir les plages, mais suivre quelques conseils notamment avec des enfants en bas âge :

  • ne pas les mettre nus sur le sable ;
  • faire attention à ce que les enfants ne mettent pas de sable dans leur bouche ou dans leurs yeux. Le cas échéant, rincez abondamment à l’eau douce ;
  • choisir de préférence une plage «  Pavillon bleu ». Ce label garantit une plage propre bénéficiant d’une qualité environnementale exemplaire. De nombreuses plages sont labellisées sur la côte atlantique et méditerranéenne ;
  • se rincer à l’eau douce une fois chez vous.

Irritation et bobos divers

Les vacances à la mer peuvent également causer de petits désagréments multiples : irritations oculaires, coupures, allergies, égratignures, maux de tête, hématomes, etc.

Pour soigner ces éventuels petits bobos, mettez dans votre sac de plage un petit nécessaire de premiers secours, composé d’un désinfectant, de compresses stériles, de pansements, d’arnica en granules et en crème, d’une pince à épiler, de dosettes de sérum physiologique et de comprimés de paracétamol.