Comment aborder la conduite en montagne ?

comment-aborder-la-conduite-en-montagne.jpg (647188476)

 

 

Conduire en montagne n’est pas toujours la chose la plus simple, hiver comme été. Entre les virages, les pentes rudes et les conditions climatiques changeantes, les automobilistes doivent redoubler de vigilance pour que tout l’équipage arrive à bon port. Voici quelques astuces pour que la route de montagne devienne une promenade de santé.

 

 

 

Comment préparer son voyage en montagne ?

 

 

Avant de prendre la route de la montagne, il faut vérifier que la voiture pourra supporter les conditions climatiques ainsi que les exigences de conduite que ce type de route présuppose. Un check-up complet de la voiture s’impose donc. Parmi les éléments à contrôler sur la voiture, les freins sont une des priorités. Les freins sont très sollicités en montagne, quelle que soit la saison. Il faut donc prêter une attention toute particulière à l’usure des plaquettes et au niveau du liquide de frein. L’état des pneus est également à vérifier scrupuleusement pour conduire en montagne. Si vous partez en hiver, assurez-vous d’avoir des pneus neige en état et contrôlez la roue de secours. Pensez aussi à examiner le bon fonctionnement des feux et éventuellement de la direction assistée, si votre véhicule en est équipé. Autre élément à ne pas négliger : la batterie. Lorsqu’il fait froid, la batterie de la voiture fatigue plus vite. Si elle est vieille, vous risquez d’avoir du mal à démarrer le moment venu. Enfin, comme avant tout voyage en voiture, effectuer les niveaux, notamment ceux de l’huile moteur, ne fait pas de mal à votre voiture.

 

Petite astuce

Si vous partez en hiver, pensez à remplir le réservoir de liquide lave-glace avec du liquide dégivrant. Cela vous fera gagner de précieuses minutes sur la route.

 

 

 

Quels équipements avoir dans sa voiture pour une virée en montagne ?

 

De plus en plus de vacanciers préfèrent réserver des séjours hors saison. La première raison qui les motive est sans aucun doute, les promotions et les prix préférentiels pratiqués pendant cette période. Les prix de location hors saison peuvent parfois chuter jusqu’à -50 % par rapport à la haute saison. Il en va de même pour les tarifs des activités sur place qui peuvent varier selon la saison et l’affluence. Partir en hors saison est donc une véritable aubaine pour votre budget vacances.

 

L’autre avantage de voyager hors saison est d’éviter les bouchons sur les axes routiers. Le chassé-croisé des juillettistes et des aoûtiens ne sera plus qu’un vieux cauchemar. Et qui dit moins de monde sur la route, dit moins de monde lors de vos visites sur place. Donc moins de stress en perspective. De plus, les professionnels du tourisme et les locaux sont ravis de recevoir des touristes hors saison, donc vous serez bien accueillis. La tranquillité sur place vous permettra de vous ressourcer pleinement. Des vraies vacances, en somme.

 

Enfin, en entreprise, poser des congés hors saison est souvent apprécié par la direction et cela permet aux salariés avec des enfants de partir pendant les vacances scolaires. L’organisation de l’entreprise est ainsi facilitée. Certaines périodes sont cependant plus propices pour poser des congés, alors n’hésitez pas à en discuter avec votre employeur avant de réserver votre séjour.

 

> Une autre échappée : Révision de la voiture avant les vacances : que vérifier avant un long trajet ?

 

 

Comment conduire en montagne ?

 

 

Virages en épingle à cheveu, montées et descentes parfois abruptes… La conduite en montagne ne s’improvise pas et il faut connaître les règles de base. Certains virages peuvent s’avérer dangereux et sans visibilité. Pour signaler votre présence aux autres automobilistes arrivant en face, n’hésitez pas à utiliser votre klaxon. Attendez d’avoir une vue dégagée sur la circulation en sens opposé avant de doubler un autre véhicule. Pour éviter tout accident, respectez les distances de sécurité, surtout en descente car il vous faudra plus de temps pour freiner. Toujours en descente, il n’est pas nécessaire d’utiliser la pédale de frein constamment. Vous risquez la surchauffe et l’usure des plaquettes de frein. Le frein moteur est prévu pour ce type de route. En bas de la montagne, il faut anticiper l’ascension en accélérant progressivement et donner de l’élan à votre véhicule. 

 

 

Comment rouler sur la neige en montagne ?

 

 

 

En hiver, les conditions climatiques sont souvent rudes en montagne. C’est pourquoi il faut être préparé à rouler sur la neige, surtout si vous montez en station pour les vacances au ski. Si vous avez déjà équipé votre voiture de pneus neige et que vous avez les chaînes dans votre coffre, prêtes à être montées, il faut tout de même respecter quelques règles sur la route. La neige fait perdre de l’adhérence aux pneus. Il faut donc réduire la vitesse et augmenter les distances de sécurité avec les autres automobilistes. Comme en cas de verglas, la conduite sur neige doit se faire en souplesse et en douceur pour éviter tout dérapage. Si jamais l’avant ou l’arrière de la voiture glisse, il ne faut absolument pas freiner. En revanche, vous pouvez débrayer pour que les quatre roues se mettent à tourner à la même vitesse. Si vous avez l’impression que la voiture se met en travers de la route, contre-braquez.

 

La conduite sur neige demande beaucoup de concentration et d’anticipation. Si les conditions météorologiques sont trop extrêmes, ralentissez le plus possible pour éviter tout accident. Si vous le pouvez, arrêtez-vous sur le bord de la route en veillant bien à ne pas gêner le passage et prenez votre mal en patience.

 

> Une autre échappée : Partir au ski avec des enfants : les conseils pour un séjour au top !

 

 

 

 

Comment conduire par temps de brouillard en montagne  ?

 

 

 

Le brouillard en montagne est assez courant. Aussi, il vaut mieux connaître les comportements à adopter par temps de brouillard. Selon sa densité, le brouillard peut cacher les obstacles, et empêcher de voir les autres véhicules devant. Apprécier les distances est aussi plus difficile. Que ce soit en montagne ou sur toutes les autres routes et autoroutes, la vitesse ne doit pas dépasser 50 km/h si le brouillard obstrue la visibilité au-delà de 50 m. Mais dans tous les cas, il vaut mieux réduire la vitesse et garder les distances de sécurité. D’après le Code de la route, l’intervalle de sécurité à observer entre un véhicule et celui qui le précède doit correspondre à la distance parcourue en 2 secondes. Pour savoir si vous êtes à bonne distance du véhicule devant vous, fiez-vous à un repère sur le bord de la route comme un panneau. Une fois que le véhicule passe ce panneau, comptez 2 secondes. Si vous dépassez le panneau avant les 2 secondes, vous êtes trop près.

 

Pour être vu dans le brouillard, la plupart des véhicules actuels ont des feux de brouillard avant et arrière. Il convient donc de les utiliser, en complément des feux de croisement. Attention à ne pas allumer les pleins feux. Vous ne verrez plus rien devant vous.

 

En montagne, il n’est pas rare d’être confronté à un brouillard givrant. La route peut devenir glissante comme en cas de verglas donc restez vigilant.

 

 

Comment gérer le mal des transports en montagne ?

 

 

 

Si les enfants ont tendance à être plus sensibles au mal des transports, certains adultes aussi peuvent subir ce genre de désagrément. En montagne, avec les virages incessants, la probabilité d’être malade en voiture augmente fortement. Pour éviter cela, il existe quelques astuces, comme :

·      Ne pas manger trop avant de prendre la route ;

·      Bien choisir sa place dans la voiture ;

·      Ne pas lire ou jouer dans l’habitacle.

 

Si malgré tout, vous craignez de ne pas être bien pendant le trajet, il existe des solutions médicamenteuses qui peuvent vous soulager. Attention toutefois, il faut les prendre environ 30 minutes à 1 h avant le départ. De même, si vous conduisez, demandez conseil au pharmacien car certains médicaments ont tendance à endormir.

 

> Une autre échappée : Trajet en voiture : les conseils pour bien voyager avec des enfants